UN SOUFFLE D’ÉVEIL À LA VIE
Briser le cocon et renaître

PARUTION LE 24 OCTOBRE 2016 – Editions du Dauphin d’Or

Fidèle à l’écriture de mon journal depuis l’âge de 10 ans, je ne me doutais pas encore que cela m’amènerait à la publication de mon premier livre. Un magnifique clin d’œil de la Vie car j’ai mis neuf mois pour l’écrire. Une belle naissance. Une promesse certainement aussi, un surprenant voyage de toute une vie, structuré par mon expérience d’accompagnement.

En vente dans la boutique du site.

Extrait :

OUVRIR LES PORTES À LA VIE
« L’amour sait ouvrir toutes les portes. » FÉLIX LOPE DE VEGA

Il y a quelques années, une Vague est venue secouer ma vie. Sa puissance fut telle que je dus apprendre à me laisser porter pour ne pas me noyer. Après les moult tourbillons dans ses creux et ses crêtes, m’amenant à prendre conscience de ce que je n’avais pas réellement envie de voir et d’entendre, la grande Vague me reposa délicatement sur le rivage pour que je poursuive mon chemin.

La Vie, par cette vague, me fit toucher une autre réalité en m’expliquant ce qu’il advenait lorsque nous résistions à Son Energie. J’entends encore résonner Ses mots qui ont ouvert les premières portes en moi :

Coupée de ta source créatrice, tu as la sensation de subir ton existence, si incertaine et emplie de contraintes, routines et peurs. Tu as le sentiment de vivre toujours les mêmes situations et tu imagines difficilement qu’il en soit autrement. Je t’entends dire : « La vie est ainsi, je n’ai pas vraiment le choix ». Profondément ancrée dans tes habitudes et tes peurs archaïques face à l’incertitude et à l’impermanence de ta vie, tu endosses des rôles et choisis de vivre dans un monde de faux-semblants et d’apparences. Tu te perds dans ce jeu de rôles où tu vis sous le regard des autres et deviens ce qu’ils attendent de toi. Dans l’incapacité d’être objective et de te voir telle que tu es, tu crées une image de toi « acceptable » aux yeux du monde à laquelle tu t’accroches. Mais, en réalité, tu survis dans l’ombre de toi-même, oscillant entre ce que tu « crois » être et ce que tu « voudrais » être. Pendant ce temps, ton être authentique sommeille profondément, recouvert par le masque des personnages derrière lesquels tu te réfugies pour ne pas souffrir. Ces masques dissimulent la réalité de ce que tu es, t’empêchant de ressentir et de faire confiance à ce que tu désires vraiment au fond de ton cœur. Un « oubli de Soi » dans lequel tu subis les influences, intérieures et extérieures, comme des raz de marée générant conflits et souffrance. Tu souffres et ton cœur s’endurcit. Fermée comme une pierre sans âme et centrée sur toi et tes problèmes, tu deviens insensible à ce qui t’entoure, préoccupée essentiellement par ce qui arrive à ta « petite personne ».

L’esprit toujours occupé, tu vis essentiellement dans la tête et tu es limitée dans la compréhension de toi-même. Tu as une connaissance superficielle des forces inconscientes qui s’agitent en toi. Ces forces comprimées agissant continuellement à ton insu, se libèrent soudainement et parfois violemment et sèment contradictions et luttes. Ta tendance est de fuir cette réalité en compensant par toutes sortes de plaisirs, d’activités ou d’addictions.

Comprends-tu que ta conscience, en s’assimilant totalement à sa forme physique et psychologique, s’est perdue dans le jeu de la Vie ? Identifiée à tes pensées, tes émotions, tes souffrances, tu vis dans la peur de voir cette forme disparaître. L’ego dont le rôle est de protéger sa survie a pris les commandes de ta conscience et tu as oublié qui tu es vraiment. Perpétuellement affairée à te réaliser matériellement, tu ne prends pas le temps de t’arrêter pour comprendre ces forces qui t’animent et tu fermes les portes à ce que Moi, la Vie, J’ai de nouveau et précieux à t’offrir.

 

Cette formation poursuit mon voyage qu’est la découverte de Soi. J’ai reçu des outils aidant dans la vie quotidienne. J’ai accueilli différentes facettes de moi-même grâce à nos pratiques régulières collectives et individuelles.  La confiance en mon intuition, en ma connaissance intérieure, en mon Etre profond ont ainsi mûri.
Bienveillance, gratitude, joie ont alors pris toute leur importance dans ma vie.
Traverser ces chemins sinueux ou sableux sont des expérimentations qu’il est possible de partager avec l’Autre.
Valérie

La formation en coaching intuitif conduite par Marie est un « pur délice » qui ne s’explique pas ! C’est une expérience phénoménologique à vivre… Une rencontre inouïe avec soi-même, créatrice d’une transformation intérieure qui modifie le regard sur la réalité – et plus encore ouvre à une autre réalité – si tant est que la réalité (l’extérieur) est le reflet de l’intérieur avec pour finalité une personnalité dans une version rééquilibrée entre le corps et l’esprit – avec notamment un réajustement majeur de la place de l’Ego.

Une exploration de son pouvoir de conscience pour une conquête d’une nouvelle relation au monde (à Soi).……………..
Ma réponse est un vrai paradoxe pour celui que j’étais avant – Rivé au discours rationnel et explicite – issu de ma formation universitaire en philosophie, sociologie, sciences de l’Éducation –
Car je pourrais disserter longuement sur ce qu’est la formation en coaching intuitif.
Mais son caractère laconique à ce jour est le meilleur témoignage que je souhaite apporter.

A qui bon convaincre par de longs raisonnements si vous :
– ne sentez pas en vous naturellement un désir de curiosité à l’égard de vous et du monde,
– une envie sincère d’aventure et de défi de vous confronter à votre part obscure et sombre
– une confiance en vos potentialités et une intuition que vous êtes déjà celui que vous rêvez d’être …
Alors – devenez un explorateur sans préjugés, sans a priori – à la découverte de vous -mêmes.
Lâchez prise et cette formation vous guidera vers un processus en spirale respectueux de votre personne dans lequel le tourbillon vous élèvera vers un niveau de conscience propice à la décision ultime que vous prendrez avec vous-mêmes en fin de parcours : être libre de ce que l’on croyait être pour devenir ce que l’on est .. ?…  Nouveau paradoxe
La résolution réside dans votre liberté d’écoute de ce message et de sa vibration en vous.

Marie, Je t’offre ce témoignage et t’exprime ma profonde gratitude des confins de mon cœur qui a retrouvé sa joie, son énergie et son rôle dans la triade corps – conscience -mental.
Tandis que mon Ego sourit de ses histoires de « Lego » – et s’il devait faire à nouveau du zèle –
Qui sait si ce ne serait pas au service de la création d’histoires romanesques ……
Où je jouirais de mes talents d’écrivain……
Stéphane

Non, je n’étais pas une petite fille triste. J’étais très gaie et joyeuse. Et j’avais l’ambition de répandre la joie autour de moi. Une vraie mission pour moi et je m’y évertuais. Vers 10 ans, je voulais être clown et j’inventais toutes sortes de pitreries pour faire rire mes camarades de classe. Ce qui me valut de passer une bonne partie de ma 6e assise sur l’estrade pour que les professeurs m’aient à l’œil. Et également de redoubler.

En devenant adulte, la tristesse a commencé à m’envahir. J’étais triste de voir comme le monde était triste, comme les adultes étaient tristes la plupart du temps, surtout ceux qui m’entouraient. Je luttais pour garder ma gaieté. Je dissimulais ma tristesse. J’expérimentais au fil du temps de plus en plus la tristesse. Et cette expérience me devenait de plus en plus lourde à vivre mais je n’arrivais pas à modifier l’expérience.

C’est un choc dans ma vie qui m’a fait ce cadeau de retourner l’expérience de la tristesse pour retrouver la joie de vivre. Cette joie que j’avais ressentie, enfant, joie d’être là, joie d’exister dans la simplicité et la spontanéité. Retrouver cette puissance que la joie procure. La joie, une énergie qui nous élève, qui élargit notre conscience. Cette joie qui nous donne des ailes pour réaliser ce que nous désirons. La joie qui décuple notre force vitale.

Qu’est-ce qui s’est passé pour que cela puisse se faire ? Y a-t-il eu un processus ? A bien observer, oui. Je crois que le déclencheur a été l’instant où j’ai cessé de lutter contre la tristesse et que je l’ai acceptée. J’ai accepté qu’elle était là au fond de moi et que je devais avoir le courage d’aller la regarder en face et non plus la fuir. Je devais accepter la réalité telle qu’elle était. Et c’était bien le plus grand obstacle que j’avais à franchir.

J’ai laissé monter la tristesse jour après jour, la laissant m’envahir complètement et la laissant s’exprimer à travers tout mon corps, toutes mes cellules. Oui, j’allais la rencontrer, peut être parler avec elle, peut-être ne rien dire. Juste m’abandonner complètement à cette tristesse. Deuxième grand obstacle à franchir, celui de m’abandonner, de ne pas contrôler.

Le processus ne s’est pas fait en un jour et il ne s’est pas fait sans douleur mais je sentais qu’il était libérateur. Je voyais le monde de plus en plus avec des yeux nouveaux, un autre regard. Un regard plus intime, plus intérieur. Ce regard me le faisait voir moins triste. Je voyais à nouveau des visages souriants. J’entendais à nouveau des rires et des chants. Je voyais des personnes s’aimer. La beauté du monde refaisait surface. Je comprenais que c’était ma tristesse intérieure que je projetais sur le monde et que je pouvais retourner l’expérience en projetant de la joie. Voir, c’est déjà se transformer. Telle que je suis est le monde.

Le monde n’avait pas changé. J’avais changé l’expérience. Je me réenchantais et la puissance de la joie réenchantait le monde. Immense gratitude à la Vie pour ce cadeau et à la Lumière qui a éclairé une partie de l’obscurité.

Comprendre que la Vie est UNE et que ce qui se passe à l’intérieur de nous se manifeste à l’extérieur dans le monde. Là est notre responsabilité.

Cette année de formation en coaching a réellement bouleversé ma vie. J’ai compris grâce à cette formation ce que signifiait « apprendre » et ce que signifiait « aider l’autre ». J’ai compris ce qu’était le « travail » également.
Je me sens aujourd’hui à la fois prête à pouvoir aider, avec une mission clairement identifiée et des processus de travail bien intégrés ; et en même temps grandie, avec un regard vraiment différent sur le monde et sur la vie.
Je crois réellement qu’entrer dans cette formation, c’est comme entrer à l’école de la vie. Et nous en avons tous tellement besoin.
Emilie

J’ai rencontré Marie en Septembre 2012. Depuis ce jour Marie m’accompagne lorsque la vie m’envoie des « challenges ». Avant j’aurais caractérisé cela de « difficultés ou d’épreuves ».

Marie m’a aidée à reconnaître et à accueillir mes peurs, mes colères et surtout la tristesse qui était cachée derrière. Elle m’a aidée à faire face aux émotions qui m’envahissaient dans certains moments de ma vie professionnelle. Ces doutes, ces peurs qui peuvent faire « capoter » la plus utile des entreprises.

La dernière étape actuellement vécue avec Marie, a duré presque 1 an. C’était lors de sa formation « coaching intuitif ». Au début je ne savais pas pourquoi la vie me poussait à aller dans cette formation, alors que j’avais déjà une très bonne formation à l’école EFT France. En plus je n’aimais pas du tout le mot « coach ». A présent cela prend tout son sens. Cette année a été très riche en expériences qui auraient pu me déstabiliser, me faire arrêter mon métier si j’avais été seule pour y faire face. Mais non ! Grâce au travail que j’ai effectué sur moi, avec le groupe et avec Marie, je suis encore plus déterminée qu’avant à continuer ce chemin dans la relation d’aide. Cette formation ma permis de voir mes croyances limitantes, les saboteurs et plein d’autres fonctionnements dysfonctionnant. Cette formation a été très complète, très intéressante, enrichissante et parfaitement complémentaire à celle que j’avais déjà. Plus qu’une formation c’est une vraie transformation. Les émotions sont devenues mes amies. Même celles que l’on caractérise de « négatives », et que je n’allais pas voir par peur…. Grace à la formation de Marie, j’ai expérimenté que les émotions ne sont que de l’énergie.

Grand merci au groupe de formation, Merci Marie pour cet accompagnement bienveillant et toujours aussi constructif. Merci à moi pour avoir accepté l’élan de la vie qui m’a conduit à tout cela.

Aurore.

La joie se dissimule sous nos voiles de peine. Le corps de douleur prend la place du corps de joie. Endormis et inconscients de ce que la Vie agit en nous, identifiés à nos pensées et émotions, nous développons un corps de souffrance et perdons contact avec notre innocence et pureté de l’enfant libre que nous avons été. Ancrés dans nos habitudes ancestrales de regarder les feuilles qui tombent, nous oublions ce qui bourgeonne sans cesse en nous pour faire apparaître le nouveau. Réduits à l’état du penseur, nous activons les mêmes réflexes et nous interrogeons toujours sur ce qui va mal et regardons si peu ce qui va bien. Nous avons à développer une pédagogie de la joie qui nous amènera à retrouver ce que nous sommes vraiment, des êtres sensibles dont l’amour est notre qualité essentielle, celle de notre essence.
La joie, plus qu’une émotion fugace, est un état d’être profond et naturel. Elle nous fait savourer la plénitude de la Vie. Elle lui donne une saveur particulière, celle d’être vivants. Elle nous révèle notre puissance à exister. C’est cette joie de vivre qui nous fait ressentir pleinement notre humanité. Au-delà du plaisir, elle ne se recherche pas, elle se découvre à nous quand nous levons les voiles de l’oubli. Elle n’est pas liée à la satisfaction d’un besoin comme le plaisir peut l’être. Une fois le besoin satisfait, le plaisir disparait pour laisser la place à la recherche d’un autre plaisir. Le plaisir est éphémère, il ne dure pas. La joie est un ressenti profond qu’aucune épreuve ou douleur ne peuvent faire disparaître. Elle n’est pas liée à un évènement, une circonstance ou une personne. Elle est une force stable à l’intérieur de nous qui nous aide à traverser les expériences de la vie avec sérénité. La joie s’apprend. Pour cela, il faut d’abord désapprendre. Pas question ici de bonheur ou de malheur, la joie ne compare pas et n’étiquette pas.
La joie émane du cœur. Elle rayonne sur le visage du petit enfant. On peut la voir dans ses yeux. Elle irradie tout notre corps. Il devient lumineux, brillant d’un éclat d’innocence et de pureté.
La joie n’a pas d’excitation. Elle est posée, paisible et se répand en toute quiétude dans nos cellules. Elle nous révèle la beauté du monde, celle des êtres et la nôtre. Sans artifice, elle est simple et naturelle. Elle coule dans notre vie comme l’eau de la rivière, silencieuse et profonde dans son intériorité. Elle est la source à laquelle nous pouvons nous abreuver sans fin. Elle est de toute éternité.
J’ai longtemps cru que j’avais perdu la joie, cette joie de vivre qui me fait goûter chaque instant.  C’est en retournant dans mon intériorité qu’elle est réapparue petit à petit pour s’installer dans mon être plus confortablement. Ce n’était qu’une illusion. La joie était toujours là. Elle ne m’avait jamais quitté. Je l’avais abandonné au profit des expériences douloureuses que j’avais vécues.
La joie est béatitude, un état d’harmonie intérieure qui ne dépend d’aucunes circonstances extérieures. La joie n’est pas se sentir bien. C’est tout sentir. Elle est accroissement de notre être.

Parle-nous de la joie et de la peine – Khalil Gibran

Alors une femme dit : ‘Parle-nous de la Joie et de la Peine’. Et il répondit : ‘Votre joie est votre tristesse sans masque’. Et ce même puits d’où jaillit votre rire fut souvent rempli de vos larmes.
Et comment en serait-il autrement ?
Plus profondément la tristesse creusera dans votre être, plus abondamment vous pourrez le combler de joie. La coupe fraîche qui contient votre vin n’est-elle pas celle-là même qui fut brûlante dans le four du potier ? Et le luth qui apaise votre esprit, n’est-il pas ce même bois qui fut taillé à coups de couteau ?
Quand vous éprouvez de la joie, sondez votre cœur et vous trouverez que seul ce qui dans le passé vous a causé de la peine fait à présent votre bonheur.
Dès lors que la tristesse vous envahit, sondez de nouveau votre cœur et vous verrez qu’en vérité vous pleurez sur ce qui autrefois vous a rendu heureux.
Certains d’entre vous disent : ‘La joie est plus grande que la tristesse’, et d’autres de soutenir : ‘Non, la tristesse est plus grande que la joie’. Mais moi je vous dis, qu’elles sont inséparables. Elles marchent ensemble, et quand l’une vient s’attabler seule avec vous, n’oubliez pas que l’autre s’est assoupie sur votre lit.
En vérité vous êtes comme les plateaux d’une balance, oscillant entre votre joie et votre tristesse. Il faudrait que vous soyez vide pour rester immobile et en équilibre.
Lorsque le gardien du trésor vous soulève pour peser son argent et son or, vous ne pouvez empêcher votre joie ou votre tristesse de faire pencher la balance ».

« A travers des expérimentations partagées en groupe enrichies d’outils pratiques et d’apports théoriques, la formation en coaching intuitif m’a permis d’aller également à la rencontre de mon être profond.

Apprendre à ÊTRE plutôt qu’à faire, j’ai acquis une posture d’accueil vis à vis de moi qui me permet aujourd’hui d’être dans l’accueil de l’Autre, en pleine conscience, pour l’accompagner sur son propre chemin intérieur.

Cette année de formation a été passionnante, tant sur le plan personnel, dans l’échange en groupe que dans l’acquisition d’une méthode de coaching qui met l’intuition et l’ÊTRE au coeur  de la  pratique professionnelle. »

Dominique L.

Je me sentais submergée par le travail, le stress, un peu perdue dans mon métier, dans mon activité professionnelle. J’avais la sensation de perdre pied et d’être très seule avec tout ça.
Je voulais trouver un équilibre dans ma vie professionnelle. Retrouver le sens de tout cela. Avoir une vision claire de ce que je voulais faire, pouvoir faire le tri dans mes activités avec des critères objectifs : reprendre la maîtrise de mon temps, de mes projets.
Le coaching m’a apporté un autre regard sur ma vie, sur mes relations, sur le monde. Une meilleure connaissance de moi, de mes forces, limites. Une plus grande liberté : du temps, de l’énergie. Une capacité d’analyse des situations plus grande. Une meilleure capacité d’action. J’ai franchi le cap de la conscience.
J’ai appris pour aujourd’hui et pour demain que je suis responsable de mes actions (ni victime, ni coupable). Je crée toutes les situations de ma vie et ce ne sont que des expériences pour apprendre. Tout est juste. La vie est belle ! L’amour, il n’y a que ça de vrai !

‘Malgré mes diplômes et mon expérience professionnelle, j’avais le sentiment de ne pas trouver ma place. J’avais quitté plusieurs emplois non satisfaisants. Je sentais que derrière cette problématique, il y avait des choses inconscientes et ça me semblait difficile de les débloquer sans une aide extérieure. Je voulais trouver ma place professionnellement en cohérence avec ma vision et ma mission de vie. Le coaching m’a apporté la confiance. J’ai pu prendre conscience de mes croyances limitantes et des émotions négatives qui m’empêchaient d’avancer. Et j’ai appris à mieux me connaître et m’accepter. Aujourd’hui je me sens à ma place. J’ai tout ce qu’il faut en moi pour aborder la vie avec confiance. Je suis sereine. J’ai passé le cap de pouvoir à nouveau assurer mon quotidien tout en faisant un travail dans lequel je me sens bien.

Marie est à l’écoute et bienveillante tout en mettant « le doigt où il faut » pour faire avancer’.